SOMMAIRE

Pour tout le monde

Environnement numérique pour les élèves, parents et personnels


Accès au réseau de l'établissement du domicile


Accès au journal du lycée Millet


Pour les enseignants

Vous êtes ici : Accueil >> La prépa Lettres >> La prépa Lettres >> Les carrières professionnelles après les études de Lettres Sciences humaines

Les carrières professionnelles après les études de Lettres Sciences humaines


1. Les métiers de la communication

De nombreuses écoles forment aux métiers de la communication (chargé de communication, de relations publiques, attaché de presse, etc.). La plus prestigieuse d’entre elles - donc la plus sélective - est le CELSA (Ecole des hautes études en sciences de l’information et de la communication), qui dépend de l’université de Paris-Sorbonne. L’admission se fait sur concours et entretien (niveau bac + 3 ou 4). Le CELSA prépare à deux diplômes: le master pro techniques de l’information et de la communication et le master de recherche sciences de l’information et de la communication.

Les métiers de la communication vous permettront de travailler dans les entreprises ou les collectivités territoriales : assistant de communication, attaché de presse, chargé de relations publiques, chargé de la communication interne, responsable de communication, responsable Intranet, directeur de la communication, etc.

 

2. Les métiers de la publicité et du multimédia

Ce secteur recherche des talents littéraires imaginatifs diplômés de niveau bac + 4 ou + 5. Une condition: maîtriser l’informatique et les TIC, être pourvu d’une solide culture audiovisuelle. Autant de compétences qu’il est possible d’acquérir par le biais des nombreux masters pro proposés ou des diplômes délivrés par les écoles d’art, tel celui de l’ENSAD. On distingue :

- les commerciaux : chef de publicité (responsable commercial), chef de produit, directeur clientèle,

- les créatifs : infographiste, maquettiste, directeur artistique, directeur artistique web, concepteur rédacteur, etc.

- les spécialistes des médias : chargé d’étude des médias, acheteur et vendeur d’espaces publicitaires

 

3. Les métiers du journalisme

Il est préférable de choisir une école de journalisme reconnue par la convention collective des journalistes. Huit écoles possèdent ce label. Elles sont, bien sûr, les plus sélectives. Les admissions, sur concours, se font au niveau L2, L3 ou master 1, avec une limite d’âge qui peut varier.

Les ESJ s’intègrent en général sur concours à Bac + 3 :

- quatre formations privées : CFJ Paris, ESJ Paris, IPJ Paris, EJT Toulouse.

- huit formations publiques : IUT Tours et Lannion, CUEJ Strasbourg, CELSA Paris, EJCM Marseille, ICM Grenoble, IFP Paris, IJBA Bordeaux.

Carrières proposées :

- rédacteur presse écrite, journaliste web, journaliste d’entreprise, dessinateur de presse, reporter, chef de rubrique, chef de service, rédacteur en chef, secrétaire de rédaction

- journaliste radio, journaliste reporter d’images (JRI)

 

4. Les métiers des bibliothèques et de la documentation

Quelle que soit votre formation de base, vous n’échapperez pas aux nouvelles technologies et à l’informatique! En documentation, une double compétence (documentation et droit du travail, maîtrise d’une ou plusieurs langues, etc.) représente une chance supplémentaire sur le marché de l’emploi.

Parmi les établissements spécialisés, le plus renommé est l’INTD (Institut national des techniques documentaires) qui dépend du Centre National des Arts et Métiers (études payantes). Peuvent se présenter à l’examen d’entrée les titulaires d’un master 1 ou équivalent. Deux formules de scolarité sont proposées: 1 an à temps plein ou 2 ans à temps partiel.

À noter également le master pro information-documentation délivré par les instituts d’études politiques. Pour les formations de bibliothécaire, l’ENSSIB est une possibilité à ne pas négliger (www.enssib.fr).

 

5. Les métiers de l’édition et de la librairie

Master pro « métiers de l’information et de la communication spécialité édition de l’université » : Paris-Sorbonne (www.paris-sorbonne.fr), Paris XIII-Villetaneuse (www.univ-parisl3.fr). Ce diplôme est bien coté auprès des maisons d’édition. Il forme essentiellement aux fonctions éditoriales proprement dites, mais aussi à des fonctions commerciales et de gestion dans le secteur de l’édition.

En ce qui concerne la librairie, les universités de Clermont-Ferrand 2 (wwwuniv-bp clermont.fr), Paris 10 (www.u-parisl0.fr) et Grenoble 2 (www.upmf-grenoblefr) proposent des masters pro métiers du livre. Il existe aussi des possibilités de formations professionnelles réservées aux personnes travaillant déjà en librairie.

 

6. Les métiers de la culture

Il existe de nombreuses formations à la gestion et à l’administration des entreprises culturelles. Elles permettent d’exercer, entre autres, les métiers de conservateur de musée, de gestionnaire de projets culturels ou de cadres culturels territoriaux dans les collectivités locales : conseils municipaux, départementaux, régionaux.

 

7. Les écoles de commerce

Les écoles supérieures de commerce proposent aux étudiants issus des études de lettres Sciences humaines des concours à bac + 2. Les carrières proposées sont : information et communication d’entreprise, management des entreprises culturelles ou humanitaires, gestion des ressources humaines. Etudes payantes en trois ans.

 

8. Les métiers de l’éducation

L’enseignement est longtemps resté la vocation première des études de Lettres Sciences humaines, tout en constituant un débouché aléatoire: les concours sont sélectifs. Tous les concours peuvent se passer en externe ou en interne.

- Concours de professeurs des écoles (P. E.) : concours départemental, enseignement dans les écoles maternelles et élémentaires

- CAPES : concours national, enseignement dans le Secondaire (collège, lycée). Pour être professeur dans l’enseignement privé, il faut passer le CAFEP.

- PLP2 : concours national, enseignement dans les lycées professionnels. Bivalence : enseignement de deux disciplines.

- Agrégation : concours national, enseignement dans le Secondaire et le Supérieur.

- Pour enseigner en classes préparatoires, il faut l’agrégation et, de plus en plus, le doctorat. Pour être enseignant-chercheur à l’Université (maître de conférences, professeur d’université), il faut les deux.

Il existe encore beaucoup d’autres métiers de l’éducation : chef d’établissement, conseiller principal d’éducation, professeur documentaliste, intendant, personnel administratif, inspecteur... Ces carrières se préparent à l’ESPE.

 

10. Les autres carrières de la fonction publique

On peut passer beaucoup de concours de la fonction publique nationale ou territoriales avec une licence. Une préparation à ces concours est proposée dans les universités (ISAS). On propose en particuliers des carrières dans l’administration publique, nationale ou territoriale.

 

Pour toutes vos recherches sur les études littéraires et leurs débouchés, consultez le site : http://mavoielitteraire.onisep.fr/      

 

À noter que ces filières sont accessibles avec une licence de lettres, philosophie, langues, histoire, géographie, etc.

La spécificité des études apparaît surtout à partir du Master. Les universités, devenues autonomes depuis 2008, proposent des Master 1 et 2 très variés : à vous de vous renseigner. Sachez toutefois que l’admission est Master n’est pas automatique avec une licence : pour être sélectionné, il faut motiver sa demande. La poursuite d’études en Classes Préparatoires est un atout essentiel dans un parcours d’études et compte beaucoup sur  un CV d’étudiant.

Les anciens étudiants de CPGE sont très recherchés : bon niveau disciplinaire, culture générale, maîtrise des méthodes, autonomie, qualité de l’expression écrite et orale... D’après les statistiques de l’OCDE, le niveau minimal de formation exigé à l’horizon 2020-2030 pour accéder à l’emploi sera Bac + 4. Une sélection des candidatures arrive à un moment ou à un autre en fin d’études : dossier, entretien, concours. Autant mettre toutes les chances de son côté et se préparer à des études longues !